Les plus beaux sites touristiques et naturels du département des Bouches-du-Rhône

Les Marais du Vigueirat

Spatule blanche sur le Marais du Vigueirat Par Marion Suc CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons

Située à la jonction de deux écosystèmes remarquables, le delta du Rhône et la plaine steppique de Crau, la Réserve naturelle des marais du Vigueirat constitue un territoire dont la majeure partie s'étire sur plus de 9km du nord au sud pour une largeur maximale de 1,5 kilomètres.

Les terrains ont été acquis par le Conservatoire du littoral et leur gestion a été confiée aux Amis des Marais du Vigueirat.

Average: 2 (2 votes)

Parc ornithologique du pont de Gau

Parc ornithologique du pont de Gau By Isabelle Blanchemain CC BY 2.0 via Wikimedia Commons

Au coeur de "la Camargue", un espace naturel de 60 hectares vous permet d’allier le plaisir de la promenade à la découverte de plus de 300 espèces d’oiseaux sauvages dont la proximité vous surprendra.

Une manade de taureaux pâture sur le site à la belle saison. Pour une meilleure compréhension, un ornithologue peut vous accompagner pour une visite commentée (sur réservation uniquement).

Un bar-terrasse ouvert sur le marais vous permet de vous détendre et de vous rafraîchir tout en continuant d’observer les oiseaux.

Average: 2 (1 vote)

Fort Saint-Nicolas (Marseille)

Situé à un emplacement stratégique, sur la rive sud de l'entrée du Vieux-Port de Marseille, le fort Saint-Nicolas se présente sous la forme d'un dispositif à double enceinte, fossés et bastions.
En 1660, Marseille est assujettie au pouvoir royal après l'attaque d'une armée de 7000 hommes commandée par le Duc de Mercoeur. Louis XIV décide alors l'édification du fort St-Nicolas pour protéger la rade de Marseille. Mais cette construction est surtout un moyen pour lui de contrôler une ville qui lui a longtemps été hostile.

No votes yet

Fort Saint-Jean (Marseille)

L'origine du Fort Saint Jean remonte au XIIe siècle. A l'époque des croisades, le site est concédé aux Hospitaliers de Jérusalem, qui s’y installent et élèvent leur commanderie pour acheminer les troupes vers la Terre Sainte. Ils occupent d’abord l'ancienne Chapelle de Saint-Jean-Baptiste, puis entreprennent la construction d'une nouvelle église, d’un l'hôpital et du Palais du Commandeur. L'ensemble est achevé en 1365.

No votes yet

Les Calanques de Cassis

Les Calanques de Cassis

Le massif des calanques, aux portes de Marseille, offre un paysage de carte postale. Du cap Canaille à Marseille, cette côte calcaire, certainement la plus sauvage de la France méditerranéenne, se jette dans une eau transparente qui rappelle celle des tropiques. Cette côte est composée de calanques et de petites criques sauvages : ces véritables fjords miniatures sont les vestiges d'anciennes rivières côtières noyées par la mer, après la fonte des glaces.

Average: 4 (1 vote)

Digue à la mer

Digue à la mer

Longue d'une vingtaine de kilomètres, elle est strictement interdite à tout véhicule à moteur sur le territoire de la Réserve. Toute la zone, très favorable aux oiseaux (sternes, avocettes, mouettes et goélands, gravelots à collier interrompu), d'une étonnante beauté, est à découvrir tôt le matin.

Average: 4 (1 vote)

Les Gorges de l'Infernet

Les Gorges de l'Infernet

Cet espace offre différents itinéraires de promenades. Le circuit du barrage Bimont au barrage Zola présente un parcours varié et très agréable, avec de superbes points de vue sur les gorges de l'Infernet et sur les deux lacs.

No votes yet

Le Val d'Enfer

Le Val d'Enfer

Les Baux-de-Provence est un terroir où se mêlent la douceur du climat méditerranéen et l’âpreté étonnante d’une nature tourmentée. Cet habitat, plusieurs fois millénaire, souvent détruit, toujours renaissant, domine ce site grandiose au point de rencontre des voies naturelles, venant aussi bien de l’Aquitaine et de l’Espagne que du Nord de l’Europe pour déboucher sur la Méditerranée. La vieille cité s’accroche à son roc monumental au milieu d’un fabuleux éboulis de roches que l’on nomme, non sans raison, le Val d’Enfer.

No votes yet

Arles, monuments romains et romans

Monuments romains et romans d'Arles Par Wolfgang Staudt CC BY 2.0 via Wikimedia Commons

Arles offre un exemple intéressant d'adaptation d'une cité antique à la civilisation de l'Europe médiévale.

Elle conserve d'impressionnants monuments romains dont les plus anciens - arènes, théâtre antique, cryptoportiques - remontent au Ier siècle av. J.-C. Elle connut au IVe siècle un second âge d'or dont témoignent les thermes de Constantin et la nécropole des Alyscamps. Aux XIe et XIIe siècles Arles redevint une des plus belles villes du monde méditerranéen.

Average: 3 (1 vote)

Les Baux de Provence

Les Baux-de-Provence

Entre un précipice vertigineux et les impressionnantes ruines de sa forteresse très longtemps inexpugnable, le plus visité des villages français se cale sur un éperon rocheux des Alpilles, entre le vallon de la Fontaine et le Val d'Enfer.

Average: 4 (1 vote)

Pages