Les plus beaux sites touristiques et naturels du département de Seine-et-Marne

Château de Nandy

Dans le cadre de la seigneurie de Nandy, une première demeure seigneuriale en bois est édifiée sous les Carolingiens, à laquelle succède un château en pierre sous les Capétiens, remplacé entre le XVe et le XVIe siècle par un nouveau château construit par la famille de L'Hospital. Cette lignée tient la seigneurie pendant plus de deux siècles. Parmi les autres propriétaires sont à noter les Pommeuse, les de La Vieuville mais aussi l'abbaye de Saint-Denis-en-France.

Aucun vote pour le moment

Château de Nemours

Véritable symbole de la Ville de Nemours, le château est inséparable de son histoire, de celle de la seigneurie, puis du duché de Nemours. Le corps de bâtiment principal, flanqué de 4 tours d'angles, est relié à une haute tour carrée par une étroite galerie. Situé sur la rive gauche du Loing, au cœur de l'ancienne cité médiévale, cet édifice est l'un des seuls châteaux de ville en Ile-de-France parvenu jusqu'à nous.

Aucun vote pour le moment

Château de Rouillon

Le château de Rouillon à Chartrettes (commune de Seine-et-Marne) a été édifié en 1595. Il est la reproduction d'un pavillon du quartier Henri IV du Château de Fontainebleau. Gabrielle d'Estrées, favorite du roi Henri IV y aurait séjourné peu avant sa mort (1599). En 1834, le Baron Allouis fit construire un lavoir en contrepartie du captage de la source de la Chevalerie pour alimenter le château en "eau courante". Le château de Rouillon a appartenu à Franchetti, commandant des « Éclaireurs à cheval » de la Seine, mort à la bataille de Champigny le [2 décembre] 1870.

Aucun vote pour le moment

Château de Sainte-Assise

Édifié par Louis Lefevre de Caumartin, ce château voit plusieurs propriétaires célèbres se succéder au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, de l'homme de lettres Jean de la Chapelle, rival de Racine, à Mme de Montesson, épouse morganatique du duc d'Orléans, en passant par Jean-Baptiste Gluck, directeur de la manufacture des Gobelins et Jean Baptiste de Monthullé, conseiller au Parlement. Le duc d'Orléans lui ajoute deux ailes et une pompe qui fait monter l'eau de la Seine. Le château quatre fois plus grand que celui d'aujourd'hui rivalise avec Versailles.

Average: 2 (2 votes)

Château de Sigy

Le 13 août 1445, Denis de Chailly cède Sigy à Antoine du Roux. Depuis le XVe siècle, le plan du château est resté à peu près identique. Il se présente sous la forme d'un quadrilatère allongé flanqué de quatre tours de défense aux angles. La plus importante et la plus spacieuse est achevée sous Henri IV. L'ensemble est entouré de douves atteignant parfois 30 mètres de largeur. Le pont-levis est remplacé, sous Henri IV, par un pont en pierre que défendent deux tourelles.

Aucun vote pour le moment

Château de Vaux-le-Vicomte

Ce château, l'un des plus beaux d'Ile de France, a été construit entre 1656 à 1661 par Louis Le Vau pour Nicolas Fouquet, alors surintendant des finances de Mazarin. Les jardins ont été dessinés par le jeune Le Nôtre.

Inauguré en grande pompe en présence du jeune Louis XIV, son faste suscita la jalousie du roi et concourut sans doute à la disgrâce de son propriétaire, à son emprisonnement à vie et à la confiscation de ses biens.

Certains considèrent qu'il inspira la conception de Versailles, en réponse à sa magnificence.

Average: 4 (1 vote)

Château de Voisenon

Au début du 19ième siècle, (1815-1830), ce Château, qui avait gardé un caractère Louis XIII très pur, a été reconstruit dans le style néo-grec qu’il a conservé encore aujourd’hui. La noble famille des Fusée de Voisenon (dont les armes « d’azur, aux trois fusées d’or rangées de fasce, qui est de Voisenon » ont inspiré le motif du blason du village), a été riche d’ écuyers, de gentilshommes ordinaires du Roi, d’un Maréchal de Camp et d’un célèbre « abbé de cour », sous le règne de Louis XV.

Aucun vote pour le moment

Château de Villiers-les-Maillets

Construit à l'emplacement d'un ancien château, cet édifice est réalisé selon les plans de l'architecte Palin, sur ordre de messire Daguin de Villette qui possède le fief depuis les années 1760. Le gros oeuvre est achevé en 1775, et les boiseries sont sans doute dues à Ducrot, menuisier qui signe également en 1773 celles de l'église. Après s'être caché sous la Terreur, Daguin de Villette meurt en 1803. Le château est acheté par madame de Flamarens dès l'année suivante. Il possède trois fermes, un parc et des bois.

Average: 5 (1 vote)

Pages