Les Villages Perchés

Séguret

Séguret

Au premier rang des charmes de Séguret brillent la tour de l'Horloge coiffée d'une cloche en cage, la belle porte Reynier, le beffroi du XVe siècle, l'église romane St Denis des XII et XIIIe siècles, la chapelle Notre Dame des Grâces et la fontaine des Mascarons du XVIIe siècle, au style baroque et "hantée" par ses gargouilles.

Average: 3 (1 vote)

Mosset

Mosset

Située entre Perpignan et Font Romeu, la commune de Mosset est l'une des plus étendues du département des Pyrénées-Orientales, avec un territoire vaste de 7120 hectares, pour un dénivelé de près de 2000 m.

Village médiéval, ancienne ville frontière entre le Royaume de France et celui d'Aragon, Mosset garde les traces de son riche passé.

Average: 3 (1 vote)

Ansouis

Ansouis

Au moyen âge, Ansouis occupait une place idéale pour contrôler la route entre Aix en Provence et Apt. Aujourd'hui, ce village merveilleusement conservé est toujours dominé par son magnifique château, ancienne possession de la famille de Sabran. Avant de l'atteindre, on traverse la grande place et on parcourt les ruelles aux maisons joliment restaurées : les plus anciennes datent des XVe et XVIIe siècles. L'église paroissiale St Martin est encore plus ancienne : à l'intérieur, on peut admirer des bustes reliquaires, des panneaux de bois et un retable du XVIIe siècle.

Aucun vote pour le moment

Gordes

Le village de Gordes

Ce village perché sur un promontoire semble monter la garde sur la vallée d'Apt et la plaine de Cavaillon. Gordes est surplombé par son puissant château et sa massive église, néanmoins allégée par un campanile. Avec ses jolies calades (ruelles) et ses rangées de hautes maisons en pierre blonde, voici l'un des plus admirables de France.

Average: 3.5 (2 votes)

Sainte-Agnès

Sainte-Agnès (source : wiki)

On parvient à ce village par les lacets d'une route étroite qui traverse un paysage en terrasses plantées d'oliviers et de mimosas. Cette localité merveilleusement ensoleillée, offre
des maisons anciennes aux toits de tuiles rondes, des ruelles pavées entrecoupées de voûtes et de boutiques d'artisans.

Average: 2 (3 votes)

Puycelsi Grésigne

Puycelsi Grésigne (source:wiki)

Le village reste blotti à l'intérieur de ses 800 m de remparts, flanqués de tours et percés de portes fortifiées, miraculeusement préservés après tant de sièges, ceux des croisés de Simon de Montfort ou, plus tard, des huguenots.

A proximité, la forêt de la Grésigne, riche de sa flore et de sa faune, conserve, derrière les vestiges du mur de Louis XIV dont Colbert la ceintura, les secrets de l'art de ses maîtres verriers disparus.

Average: 2.5 (2 votes)

Turenne

Turenne

Le nom de cette localité était celui d'une vicomté qui forma pendant des siècles un véritable petit Etat souverain. De ce passé subsiste, dans la ville haute, les vestiges des trois enceintes et un donjon carré qui protégeaient le château. Celui-ci fut d'ailleurs démantelé au moment du rattachement de la vicomté à la Couronne de France, et il n'en reste que deux tours, dont l'une, la tour de César, date du XIIIe siècle.

Average: 4 (5 votes)

Olargues

Le village d'olargues

Le site d'Olargues était occupé dès l'époque romaine. Abrité contre un rocher au pied du massif de l'Espinousse, entouré de vergers et de vignes, le village est dominé par une tour du XIe siècle, vestige de l'ancien château médiéval, transformée en clocher au XVe siècle. On y accède par l'escalier couvert de la Commanderie dont chaque marche est taillée dans un seul bloc de pierre et on découvre l'église St Laurent construite au XVIIe siècle avec les pierres des remparts dont on peut voir encore quelques vestiges.

Average: 1 (1 vote)

Sant Antonino

Sant Antonino

L'origine du village remonterait au IXe siècle, d'après la légende d'Ugo Colonna et de ses compagnons. A cette époque apparaissent en Balagne des "castra" qui, situés sur des points stratégiques, permettaient à leurs occupants de surveiller les vallées.

Average: 4 (1 vote)

Flavigny sur Ozerain

Porte de la ville, Flavigny-sur-Ozerain (source : wiki)

La silhouette de ce village perché est rythmée par les volumes imposants de ses édifices religieux. Après les Bénédictins, fondateurs au VIIIe siècle de l'abbaye St Pierre, actuel lieu de production des dragées à l'anis, les Ursulines puis les Dominicains s'implantent aux XVIIIe et XIXe siècles. Dédiée à St Genest, l'église paroissiale, érigée au Moyen Age, abrite des stèles ornées de miséricordes.

Average: 3 (1 vote)